Ma liste de blogs

lundi 22 août 2011

Ballade Domenicale


     Ce matin j'ai vu la beauté dans le bleu du ciel.
Le message des petits nuages était douceur et promesse 
et je me suis levée le coeur plein de courage.  

J'ai chaufsé mon casque retrouvé dans une boîte trop haut perchée sur une étagère, celles que je ne voyais pas dans une pièce encombrée  où je nallais plus trop...

 Il ne manquait plus que lui. Le vélo refait à neuf était prêt.. 
J'ai sauté sur ma selle sans selle et suis partie sur les sentiers. 

 Au détour d'une pause  pour changer cette fichue chambre à air qui n'avait pas résisté,
 j'ai eu la surprise de la matinée. 


Au milieu des terres sèches, un rosier sauvage, un églantier, et sur cet églantier, une rose des villes!

Dans l'air autour d'elle volait un parfum qui me disait:
 " Prends-moi!"
Elle me disait:
 " Prends-moi  parce que je t'aime et je veux rentrer avec toi!"
Alors je lui ai dit:
"- Tu es si belle ma Rose uniQue.
Tu es belle parce que tu vis sur mon chemin, et je vais te prendre.
Mais en photo, pour te garder toujours par devers moi, même après nos départs et nos séparations.
Tu resteras intacte. 
Mais je vais te laisser là, vivre et embaumer l'air.
Pour que les autres voient aussi combien tu es belle!
Et pour que mon Loup qui passera par là te croise, 
et te reconnaisse,
 et se souvienne aussi de moi, 
qui le cherche à travers bois. 
Et qui l' attends. 

Tu seras comme un phare sur son chemin.

 Reste là , Belle rose, et illumine nos nuits comme nos jours.

 Vis ma Rose!

 Je t'emporte dans le coeur de ma boîte à photos, et je t'aime, et tu vivras!
Tu verras combien il est beau de vivre demain et les autres jours."
 Et la Rose me répondit: 
      Le temps avait passé. Je ne sais combien d'heures. 


Je n'avais pas vu passer ces heures ni la forêt s'intensifier autour de moi. 

J'ai tourné la tête et n'ai pas retrouvé mon vélo.

J'ai tourné le regard et la rose s'était close pour la nuit. 

Car soudain il faisait nuit et je n'avais pas vu passer les heures!

J'étais donc dans la forêt, les arbres à la lueur de la Lune avaient poussé plus haut, plus bleu-nuit. 

Tellement beaux aussi!

Au loin j'entendis un hurlement, mais il ne me faisait pas peur. 


Je le reconnaissais.


C'était mon Loup si étonné de ne pas m'avoir trouvée dans mon lit!


 Il avait pris peur! 
Où dont était passée sa LudiQuniQue? 
L'avait-on enlevée?
S'était-elle envolée?
 Egarée?
Un autre loup grossièrement déguisé en agnelou   
aurait-il cherché à l'approcher de trop près?
A cause de l'heure qui s'égrainait,
 j'avais oublié jusqu'à moi. 


J'avais perdu mon casque et mon vélo.  Et tous mes habits aussi! 


Et mon chemin n'était plus que doute.
Je ressentais le froid, qui plus que la peur me faisait trembler de me retrouver nue devant cet imposteur...



Le hurlement au loin de mon Angelou de moi me rassura. 

Cette voie déjà entendue , venue de je ne sais où qui répétait
 "On se retrouvera..."
Je me retournai, je voyais personne. Je savais qu' elle était en moi et je la croyais.

Il arriva sans son tapis 
pour cette fois, mais sous sa véritable robe de Louange qu'il est. 
Un dur combat s'ensuivit. 
Entre le premier qui n'était qu'un grognon monotone, un leurre, une sale race! Il avait avec ses 14 frères chimères venus  l'aider dans sa sombre entreprise, tenté d'enchaîner, de briser, de contraindre mon Loupjoli!
 Mon LoupChéri  qui ne dut son salut, je le crois qu'au seul amour indéfectible que je lui portais.
 Il lui donnait la force de continuer quand la défaite d'un ennui éternel le menaçait de toute part!

Un après l'autre, monLoupdeLumière fit sauter tous les verrous que les traîtres avaient posé. 
Il rua dans les brancards, dut presque se ronger une patte pour se libérer des pièges acérés.
Je savais qu'il avait de l'ange: je vis s'ouvrir ses grandes ailes.
         Il les déploya  monlouplumière.jpg dans un hurlement final 
qui le fit s'élever et balayer tous les démons qu'il avala tous
 et recracha tous sous forme de lucioles!
Soumises, et transfigurées, au moins trouveraient-elles une utilité bienfaitrice dans leur nouvelle vie.
 Une fois son ire passée, mon Loup vaillant retrouva sa forme habituelle et son visage serein.
 Il tourna le regard vers sa Douce
Loucioldamour1.gif  qui fondait d'amour et d'admiration.
 Dans son sourire coQuin, il prononça des mots dans sa langue-loup...
Etrangement, je les comprenais,
 je les entendais avant qu'ils soient prononcés!

 Ils me reviennent:

Baby,viens-contre moi. 
 J'étais enchaîné, rivé à des préjugés d'un autre monde. Entravé de mille convictions parasites et profondes. Retenu par des harems de créatures au corps parfaits! 

Mon coeur était satisfait. 
Sauf que je n'avais pas remarqué que je ne l'entendais plus battre dans ma poitrine, de ce froissement que font les ailes des papillons quand ils s'envolent dans mon bas-ventre de loup pourtant pas affamé. 

Je riais quand j'entendais les cailloux qui se heurtaient aux vitres blindées des fenêtres du lieu du confortable oubli.

Je n'en avais pas conscience, car je buvais des breuvages de nectar de nymphe et qu'il rend aveugle et sourd  si on le prend avec régularité. Heureusement, ma Louve, les effets cessent quand stoppent les prises! 

 Un matin, la coupe s'est renversée, et là j'ai su lire ces messages jusqu'alors invisibles et troublés.

Je suis devenu fou quand je ne t'ai plus trouvée! 

Plus de chant maladroit de DouceLouve qui me berce après l'amour. Qui me réveille en surprise et cadeaux inattendus cachés ça et là dans mon jardin aux senteurs de sucre et aux reflets d'ambre. 

La pièce vide, plus d'âme, aucun bzz bzzz ne m'avait prévenu. 
Ma messagerie muette! 
Ton numéro réattribué 0 6  1 9 *7 ***9
Je ne pouvais même plus écouter ta voix. Maudit silence!

J'ai senti ta peur de ne plus me revoir. Et que plus rien n'avait de goût pour ma louângée.

Tu ne sentais plus les saveurs et les cherchant partout, tu te perdais.
Je concentrais toutes mes pensées pour te rassurer.

 J'ai lutté en des endroits où les instants ont duré des années, et traversé 239 824 enfers pour te retrouver.

 J'étais mouillé de tes larmes que je n'entendais pas couler.


 J'ai ressenti tes cris et tes pleurs refoulés quand devant les imposteurs, tu résistais.

Ils m'ont traversé comme une fulgurance, une flèche de l'évidence: 
Me délivrer pour te délivrer. Te retrouver. Ma Louve, c'est moi qui étais égarée!
Ils t'avaient déguisée, et moi travesti.

 Mais j'ai trouvé la trace d'un ray de lumière et je l'ai suivi. 
Il venait une Ludiciole à la Foi oÔbssèssive en toi et moi. 
Elle ne vivait que d'avoir gardé espoir. 
Elle s'épuisait malgré tout à faire ses voyages entre toi et moi.


 Tous les jours. Sans arrêt. Pour ne pas oublier le chemin, même quand on se déplaçait. Pour nous apporter à chacun une gorgée de l'air que l'autre avait respiré. 

J'ai suivi son sillage. Je me suis défendu louve. Et me voilà.

- Viens-là, tout contre moi Ma LudiQuniQue, si douce ma Perle cachée. 
Donne-moi tes lèvres ma Fée-du-bien. 
Embrassons-nous longuement, et doucement. 
Offre-moi ta bouche, tes seins, tes mains.

Montre-moi encore tes ...reins. Ah tes reins!
 Laisse-moi les caresser, je veux toucher tes fesses! 

Oublions tout le reste: allons enfin  vers Nous."

Viens,
 on rentre.
  Ludie

7 commentaires:

emma a dit…

Bonjour Ludie :-)
Au détour de plusieurs sentiers infidèles, j'ai découvert ton bosquet.Quittant des pistes où je me suis quelque peu perdue (c'est de ma faute aussi, je suis souvent partie sans cartes où en ne les ayant pas toutes reçues à l'office infidélité du tourisme), j'apprends à me promener différement. Dans mon sac, rien de particulier. Le trop de bagages, j'ai laissé tomber, je me suis pliée sous le poids trop de fois, je voulais trop emporter.
J'aime beaucoup ta façon de narrer tes voyages enjoués même s'il y a eu des égratignures au passage.
Je laisserai quelques fois un sourire par ici, c'est ce que ton blog m'inspire. Rien laisser d'autre, juste des petites sourires:-)
Garde bien ton casque coquillage, il protège et te va bien !

Ludie a dit…

Ravis-moi de tes sourires Emma.
Je m'en nourris, les hume, les respire.
C'est ce qui m'inspire,
Bienvenue!Quel joli nom Emma!
Reviens aussi souvent que le coeur t'en dit,
tu me fais du bien, de venir visiter chez moi.

Anonyme a dit…

Oui Emma reviens très souvent, tu ne seras jamais déçue du déplacement, elle est incroyable cette Ludie Louve.

Le Loup (tapis ;) ).

Lost Words a dit…

Le loup est à la recherche de son chaperon rouge.....

Ludie a dit…

Moi je sais où demeure un rouge chaperon, rouge passion :-D

Anonyme a dit…

Au paroxysme de la passion !!sous ce soleil brûlant ,pas le moindre nuage , difficile d'accrocher des idées à un bleu de rien d'un soleil paradisiaque .....

Ludie a dit…

Hé hé coQuin d'Anonymous...
Demain dimanche. Pour les passionnés de la Reine accrobatiQue, on dit:
Partie de cycles sportive en petite forêt?

Sa Majesté est très attendue.