Ma liste de blogs

mardi 5 juin 2012

INTERRO SURPRISE!

Prenez une feuille, un stylo. Mettez votre nom en haut de la marge:
Ecrivez!


 - "FAUT-IL TOUT SE DIRE PAR AMOUR …? OU CULTIVER UN JARDIN SECRET......?"

Pour ceux qui ont une conception romantique de l’amour, avoir un jardin secret paraît malséant, voire inimaginable. 
Quand nous aimons sincèrement, que nous avons le sentiment de former une entité, nous avons le profond désir d’être hyalin et de nous livrer sans retenue, corps et âme.
Nous épanchons notre cœur, nous confions nos émotions, nous dévoilons ce qui est tu ou caché, nous contons notre passé. 


Mais avons nous tous un petit jardin secret ? 
Et dit-on vraiment tout réellement à la personne que l’on aime ? 

Tout se dire semble naturel pour un couple enclin à la communication et dont la relation est basée sur une forte confiance. 

Sans tabou ni préjugé, on se livre sans fard, 
on narre les frasques de son passé et ses secrets dans une totale franchise. 


  Mais se démasquer, ne serait-ce pas parfois également un besoin de se délester et de s’alléger d’un passé devenu un lourd fardeau pour notre conscience ?

  Se dévoiler ne serait-ce pas insidieusement appeler l’autre à se confier dans une réciprocité ? 


Et ne vaut-il pas mieux parfois se taire ? 


Que penser alors des proverbes 
« La parole est d’argent et le silence est d’or » 

La valeur du silence n’est-elle pas plus importante que celle de la parole ? ou
 « Toute vérité n’est pas bonne à dire »

n’est-il pas préférable de taire certaines vérités susceptibles de blesser son interlocuteur ?
 Pourtant ce sont souvent les non-dits, les mensonges par omission qui nous bousculent et nous basculent dans le ressentiment, les malentendus et les déceptions qui seront dommageables et nocifs pour la suite de la relation. 

Nous avons tous, quoi qu’on en dise,

un petit jardin secret 

où nous nous réfugions de temps à autre, ne serait-ce que par nos pensées que nous ne partageons pas toujours et qui échappent à l’autre. Avec délice nous plongeons ponctuellement dans les méandres d’un monologue intérieur où nous aimons nous réfugier. Il y a toujours des petites choses plus ou moins importantes que l’on tait ou cache - à dessein ou non - ; une petite part de mystère indicible… 

Tout dire demande une confiance absolue. C’est aussi parfois prendre le risque de blesser l’autre.

 De certaines confidences on peut alors entrer en conflits denses. 
Cela peut également ternir notre image dans le regard de la personne qui nous aime et ne nous verra peut-être plus de la même manière après.
 Cela peut même détruire une relation si la personne n’est pas prête à supporter certains épanchements et en ressent de la jalousie ou du désarroi!
 Difficile après de gérer l’intense cataclysme interne que l’on aura déclenché et qui pourra déstabiliser la personne que l’on aime. 
Si les effusions sont mal tolérées, elle aura inévitablement l’envie abyssale de s’éloigner pour se repositionner par rapport à la relation. 


Alors faut-il tout se dire quand on s’aime ? 

Oui, mais pas n’importe comment car parler de son jardin secret peut être vitalisant comme destructeur… 



Il faut bien mesurer les éventuelles portées et les conséquences de nos effusions, avancer prudemment, choisir le moment opportun et ne pas négliger plusieurs facteurs. Il faut être sûr de l’amour de la personne à qui l’on parle, tenir compte de sa fragilité, de sa sensibilité, de sa vulnérabilité ; prendre le temps de la rassurer, parfois même savoir minimiser la confidence sur l’instant, quitte à y revenir plus tard…


 Si on pense que cela peut ébranler émotionnellement une personne, pourquoi tout dire ? 


En revanche si l’on considère cela comme un acte d’amour, de franchise, d’honnêteté, que l’on pense que ce que l’on confie peut être constructif, alors pourquoi ne pas 
ouvrir la porte de son jardin secret ? 


Communiquer n’est pas TOUT dire. 


Bien entendu TOUT peut se dire et TOUT peut s’entendre, il suffit d’y mettre les formes.

 Aimer
n'est-ce pas respecter le passé de la personne que l’on aime? 

A elle de nous ouvrir ou non les portes de son petit jardin secret…. 

Et vous qu’en pensez-vous? 



Vaut-il mieux
tout se dire quand on s’aime?

Cultiver un petit jardin secret
 ou avoir un énorme parc botanique ?

13 commentaires:

chilina a dit…

Si nous étions tous rassemblés autour d'une table, tu pourrais entamer là un grand débat dont chaque phrase de ta réflexion porterait surement haut le verbe tant il pourrait y avoir d'avis ...Tant à dire dans ce domaine qu'il me semble avoir besoin d'une éternité pour y répondre ...
Je suis pour le jardin secret, ça me semble même vital mais sans pour autant faire à l'autre des cachotteries, en excluant, bien sur, les mensonges, en étant clean dans sa tête et dans les respect de l'autre ...En ayant juste cette petite fenêtre rien qu'à soi, pour de temps en temps, respirer seul, , souffler un autre air pour éviter l'étouffement à long ou à court terme ....

Anonyme a dit…

On ne fait pas entrer n'importe qui dans son jardin secret pour y faire n'importe quoi. On ne laisse pas le premier venu saccager nos plantations, balancer des déchets partout etc, ça paraît logique. Pourtant dans la vie, on n'applique pas toujours ce principe, est on se laisse envahir facilement par des gens qu'on croit nos amis... Pendant que les autres restent à la grille. ! J'oubliais lorsque vous confiez un secret à un ami ,un vrai secret est un secret gardé pour soi ! On fait toujours assez confiance à un ami pour le lui confier , mais lui aura assez confiance en un de ses amis pour en faire de même et ainsi de suite , ainsi un secret se répand vite ! Ce travail-là peut paraître difficile et long, pourtant il paie à la fin. Car au fur et à mesure, tu n'auras autour de toi que des gens en qui tu peux faire confiance, des gens « bienveillants » et heureux que tu t'épanouisses. On pourrait en fait comparer sa vie à un jardin.

emma a dit…

Un jardin secret, je n'y vois pas d'inconvénient. N'en n'avons-nous pas tous un? L'ouvrir à quelqu'un de confiance est parfois très bénéfique, je l'ai vécu. Accepter le jardin secret de l'autre m'est plus difficile mais puisque j'en ai un , je dois le laisser à l'autre. Si le jardin de l'autre me blesse vraiment, je le dis sinon, il amène ses mauvaises herbes dans le mien et ça, c'est hors de question. Tout dire non, dire ce qui ne me convient pas, oui..mais pas n'importe comment. Exercice difficile et périlleux..mais qui m'est nécessaire pour être sereine.
Bizouilles !

Cristina a dit…

Ta question est complexe, comme l'ont noté les autres personnes qui ont commenté.
Personnellement, je ne suis pas fan des "jardins secrets", si j'en ai un à l'heure actuelle par rapport à ma vie "officielle", il s'agit d'un choix par défaut et que je ne considère pas permanent.
Il y a des jardins secrets qui sont envahis d'orties et des jardins secrets qui tuent les gens aussi. Après, évidemment, il ne s'agit pas d'envahir les autres avec sa vie, de se raconter pour se raconter ou se soulager... Il y a des professionnels pour ça. Mais, se cacher, mentir et occulter, pour moi, ce n'est pas une voie saine et porteuse. Pourtant, je vis comme ça actuellement et plutôt bien.

Ludie a dit…

Il ne faut pas seulement s'arrêter à l'idée du jardin secret.
Pour ça, vous l'aurez compris, ma devise c'est "pour vivre heureux, vivons cachés".
Ca évite à la fois médisances et jalousies.
Mais la grande question aussi c'est "Toute vérité est-elle bonne à dire?"
Si au nom de la sacro sainte franchise on va démolir ou choquer l'autre, ou le faire entrer dans une colère noire, ça peut ne pas être une bonne idée du tout!
Ce serait juste un manque de délicatesse pour ne pas dire de la méchanceté pure.
Voire de la bêtise car beaucoup se croient plus forts d'avoir balancé leur venin sur plus faible qu'eux.
Mais qui est le faible?
Celui qui pleure de recevoir cette vérité comme un coup de poignard, ou celui qui n'a pas su retenir la lame de l'épée de sa langue?
Moi qui suis si volontiers à la recherche de la vérité occulte ou métaphysique, en matière d'humanité, je trouve personnellement plus confortable d'ignorer ce qu'on pense ou dit ou me fait de mal dans mon dos.
Trop sensible et atteinte de voir trop de bassesse chez les hommes, et autant les femmes, hein, c'est de l'humain.
Le jardin secret permet de cultiver les espèces rares qui pourraient ne pas plaire à notre entourage qu'on aime quand même rencontrer dans les jardins publics et à la plage...Voire dans son lit conjugal.
Mais si donner les clés du portail sacré c' est faire entrer la folle avoine chez les orchidées, non: je bâche.

Quadramatique a dit…

Je suis d'accord avec Ludie. Un jardin secret doit le rester, et toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

Si une personne fait quelque chose qui ne fera pas plaisir à son/sa partenaire, elle doit absolument le garder pour elle. Il faut assumer ses actes et surtout, son sentiment de culpabilité si il y en a un. Le fait de tout raconter à son/sa partenaire est une manière de se décharger de cette culpabilité en incluant l'autre dans l'histoire.

Bisous Ludie :)

jp a dit…

jp
je pense que quand on s'aime on se comprend même sans se parler .
on a tous un jardin secret et sa depuis l'enfance
la confiance a l'autre est primordial si on ne veut pas souffrir a nouveau de ce manque d'amour .
prenont le temp de cultiver ce jardin et il en sera que plus beau pour l'autre sans juger du passé.
bonne journée ludie

Ludie a dit…

Merci JP pour ta contribution toujours appréciée. Prends. Ien soin de ton joli jardin. Je suis sûre qu'il fait. On s'y reposer.

Ludie a dit…

Nous sommes compagnons de vie avec nos conjoints qui nous appelons nos partenaires. Alors que pour moi, le partenaire c est celui avec qui l'on joue la partie, fine peut être , en marge. Le complice. C 'est celui-là. Celui avec qui , paradoxalement , on n'a pas signé de contrat.

PSganarel a dit…

Votre jardin, chère Ludie, serait il donc solitaire, pour être secret à tous?
Je pense que nous avons tous non pas un mais des jardins secrets. Ils n'ont pas tous le même ensemble d'abonnés, ni le même nombre. Une constante, vous êtes la seule à en assurer l'entretien! Ouvrir une porte peut sans nul doute etre destructeur, c'est pourtant si tentant de partager! -))

Ludie a dit…

Pas secret à tous , mon Cher Valet. Mais il est vrai Que j'ai un fond plutôt solitaire.
Je suis bien avec un seul visiteur. Deux au mieux. En öre faut-il que l'un des deux soient au moins de mon cœur ou de mon sang.
Vous êtes sans conteste "un" de mon cœur , très Cher , aussi je vous ferais visiter très volontiers. Mais il faut aimer les espèces rares pour apprécier. :-)

Anonyme a dit…

Bonjour Ludie,

Très bel article.

Une vérité dans le secret est qu'à force d'entendre et lire on fini par donner raison à tous ceux qui ont commenter chez vous.

Alors cependant j'ai une question.
Pourquoi n'ais je plus confiance en personne?

sally

Ludie a dit…

Bonjour Sally :-) C'est peut-être ça le secret de la leçon de la vie?
Ne plus pouvoir faire confiance à personne, mais en le sachant.
Alors, je donne encore ma confiance la plus large à seulement mon LouAnge. Je lUi donne tout ce que je peux, c'est à dire tout ce qu'il veut bien en prendre. Mais en sachant, que si je suis trahie ce ne sera pas "de sa faute" mais parce que c'est la vie qui est ainsi; que les gens sont obligés de faire des choix qui les rendent lâches pour les uns, ce qui en fait des héros aux yeux des autres, et parfois aux leurs propres!
Je ne peux décemment plus faire confiance à personne, depuis que j'ai compris ce qu'est l' Humain. Mais en même temps, je remets tout entre les mains d'une seul.
Advienne que pourra.
C'est je crois aussi et surtout, que je n'ai pas un grand instinct de survie.
Car s'il disparaît ou me trahit, le néant derrière sera pareil.
Alors puisqu'il faut vivre, autant Lui faire confiance, de toute celle que je peux partager et offrir.
Comment peut-on avoir confiance en les autres quand on n'a pas déjà confiance en soi?
Le 100% n'existant pas, on fait au mieux. On s'en rapproche, avec la prudence reçue des leçons de la vie.
Pas n'importe-quoi à n'importe-qui, et pas de perles aux pourceaux...

Merci pour ta contribution à notre réflexion collective.